Tous savoir sur Radars mobile

Tout savoir sur les radars mobiles

Communication et nouvelles technologies depuis leur déploiement en décembre 2004, beaucoup de bruit a été fait autour des cabines radars positionnées sur les routes et dans les agglomérations françaises. Le ministère des transports et le ministère de l'intérieur ont beaucoup communiqué sur ces radars de nouvelle génération, et si les résultats ont été probants avec des millions de contraventions délivrées dans les premiers mois, il faut néanmoins garder à l'esprit qu'un automobiliste a statistiquement plus de chances de se faire contrôler par des radars mobiles que par ces cabines dont les emplacements sont connus et diffusés (vous pouvez même intégrer les emplacements des cabines radars sur votre GPS). Cette probabilité est d'autant plus réelle que dans le domaine des radars mobiles, les technologies ont également évolué. En premier lieu, l'automatisation des sanctions est une avancée d'une redoutable efficacité, permise par la mise en place du nouveau système Contrôle Sanction Automatisée (CSA). Grâce au lien avec le fichier national des immatriculations, le Centre Automatisé de Constatation des Infractions Routières (CACIR) centralise les données d'infraction et envoie les amendes. Le radar mobile « à l'ancienne »Placé au sein d'un véhicule, le système repose sur un flash et une caméra, gérés par un ordinateur. Le véhicule est placé sur le bord de la route et généralement à l'arrêt, afin de garantir aux forces de l'ordre une mesure optimale et surtout non contestable par le contrevenant. C'est donc plus un radar embarqué fixe qu'un véritable radar mobile. En fonction de l'infraction, le gendarme ou fonctionnaire de police choisit, soit de traiter la contravention immédiatement en signalant l'infraction à des motards chargés de stopper le véhicule, soit d'attendre la fin de l'opération pour traiter l'infraction qui sera suivie d'un avis de contravention. Ces véhicules sont généralement positionnés sur les routes nationales et départementales. Le radar mobile automatique Le radar, généralement masqué, est installé sur la plage arrière du véhicule en mouvement. Le PV d'excès de vitesse peut être effectué sans flash pour les véhicules de dernière génération qui n'utilise le flash qu'en cas de luminosité insuffisante. Il est donc souvent impossible pour le conducteur de repérer le radar, ni même de savoir qu'il vient de se faire « flasher » (le terme ne correspond plus vraiment...). Il l'apprend quelques jours plus tard à la réception du PV. Cette nouvelle méthode bien discrète est rendue possible par l'évolution de la réglementation qui n'exige plus la reconnaissance du conducteur. La visualisation de la plaque minéralogique suffit désormais à verbaliser, grâce au système (CSA) Contrôle Sanction Automatisée. Dans d'autres cas, le radar peut être installé derrière un vitrage transparent découpé dans la male du véhicule. Cette-fois ci, il est plus aisé d'identifier le contrôle mobile. Soyez donc aux aguets et guettez les petites fenêtres suspectes à l'arrière des breaks ! En général, ces véhicules radars sévissent principalement sur autoroutes et roulent souvent à la vitesse maximale autorisée de 110 ou 130 km/h. Les différentes technologies Les radars Doppler Ces radars, utilisés depuis plus de 25 ans en France, peuvent être fixes ou mobiles embarqués dans une voiture. Ils sont basés sur l'effet Doppler : l'onde électromagnétique émise rayonne son énergie dans une direction choisie grâce à une antenne directive. Après réflexion sur une cible mobile (véhicule en l'occurrence), un calcul permet d'obtenir la fréquence Doppler qui permet d'aboutir à la vitesse du véhicule. Mesta 208 Sagem Avec près de 900 appareils, c'est le radar le plus répandu en France. En action depuis 1989, il est facile à déployer et peut être utilisé sous la pluie, en poste fixe dans un véhicule à l'arrêt, voire en surplomb sur un pont. Sa portée est limitée à 50 mètres. Mesta 210 Sagem Le grand frère du Mesta 208 a été développé pour permettre les contrôles radars automatiques. Sa portée est de 50 mètres et il peut gérer de une à quatre voies. Il prend ses mesures aussi bien en rapprochement qu'en éloignement. Très répandu, on l'estime diffusé en France à un millier d'unités. Les radars LASER Les radars laser ont l'énorme avantage de ne pas faire de photo et donc de mesurer immédiatement la vitesse. Résultat, l'interception peut être immédiate. Ils sont petits, légers et donc faciles à transporter et à installer. Bien connu, l'Euro laser dispose d'un atout majeur : sa portée de 500m qui permet au contrôleur de constater l'infraction et procéder lui même à l'interpellation du contrevenant. La qualité optique du laser permet non seulement de contrôler la plaque d'immatriculation mais également de vérifier que le conducteur porte sa ceinture de sécurité et qu'il ne téléphone pas au volant. Très discret, il fonctionne comme une paire de jumelles, sous tout type de météo et agit très bien en ville. Le Prélasser 3 est l'équivalent de l'Euro laser mais avec une portée maximale de 1800 mètres ! Même avec une excellente vue, impossible cette fois de le localiser...Le CERVA est un radar mobile couplé à un appareil photographique. Il est spécialement conçu pour effectuer des contrôles de vitesse en roulant. Une antenne placée sous le véhicule permet de mesurer sa propre vitesse tandis qu'une autre antenne à l'intérieur du véhicule permet de mesurer celle du véhicule dépassé ou en dépassement. Il est redoutable par son efficacité et sa discrétion. Seul son prix élevé limite son nombre à une petite centaine en France. Le Mesta laser est un pistolet radar léger utilisable en poste fixe. Il fonctionne comme un pistolet et nécessite de viser le véhicule afin de mesurer sa vitesse. Sa portée maximale est de 450 mètres. L'Ultralyte est un radar laser de dernière génération utilisable sous tout temps. Le modus operandi est identique à celui du Mesta laser. Sa portée est cette fois de 600 mètres. Les sanctions à partir de 40 km/h au dessus de la vitesse autorisée, une suspension immédiate du permis de conduire s'ajoute aux sanctions. La tolérance est généralement de 5 km/h pour une vitesse inférieure à 100 km/h et de 5% de la vitesse limite au-dessus des 100 km/h. Mais attention, cette possibilité de clémence reste à l'appréciation du fonctionnaire de police ou du gendarme.- Excès de vitesse inférieur à 20 km/h (si la vitesse maximum autorisée est supérieure à 50 km/h)Amende : 68 euros amende minorée : 45 euros amende majorée : 180 euros retrait de point : 1- Excès de vitesse inférieur à 20 km/h (si la vitesse maximum autorisée est égale ou inférieure à 50 km/h)Amende : 135 euros)Amende minorée : 90 euros)Amende majorée : 375 euros)Retrait de point : 1- Excès de vitesse égal ou supérieur à 20 km/h et inférieur à 30 km/h)Amende : 135 euros)Amende minorée : 90 euros)Amende majorée : 375 euros)Retrait de points : 2- Excès de vitesse égal ou supérieur à 30 km/h et inférieur à 40 km/h amende : 135 euros amende minorée : 90 euros amende majorée : 375 euros retrait de points : 3Suspension maximum de permis : 3 années- Excès de vitesse égal ou supérieur à 40 km/h et inférieur à 50 km/h amende : 135 euros amende minorée : 90 euros amende majorée : 375 euros retrait de points : 4Suspension maximum de permis : 3 années- Excès de vitesse égal ou supérieur à 50 km/h Amende maximum : 1500 euros Retrait de points : 6Suspension maximum de permis: 3 années Les lieux « à risque »Les autoroutes les jumelles ou pistolets radars sont généralement positionnés sur la bande d'arrêt d'urgence, sur les ponts qui surplombent les autoroutes ou derrière les piles de ponts. Les péages et les entrées de stations services ou d'aires de repos sont également des endroits propices aux contrôles. Les autoroutes sont également le terrain de jeu (de chasse ?) des radars mobiles (surveillez particulièrement les breaks blancs !).Les nationales et départementales Les ronds points et les entrées et sorties des villes sont les lieux de contrôle les plus fréquents. En ville La marée chaussée se dissimule traditionnellement grâce aux panneaux publicitaires ou aux abris de bus. Attention à l'entrée des villes et villages, les contrôles ne sont parfois pas bien loin des panneaux indiquant le nom de l'agglomération...Crédits Photos : SIRPA Gendarmerie et LPC Rosny sous Bois

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×