balade de 2 jours, dans Les Alpes Mancelles

Les Alpes Mancelles,  10 & 11 septembre 2007

1er jour

Départ ce matin à 10h00, de Bonneveau petit village du Loir-et-Cher, nous emprunterons uniquement les petites Départementales pour rejoindre Saint-Léonard-des-Bois.

Direction Saint-Calais, nous bifurquons à gauche à La Chapelle Huon, pour traverser une série de villages, Saint-Cérotte, Evaillé, Tresson, Le Grand-Lucé. La D33 prend le relais pour nous conduire à Montfort le Génois en passant par Le Breil-sur-Mérize. Ensuite Sillé-le-Philippe, Ballon, et Beaumont-sur-Sarthe nous voient passer sans faire un arrêt. Les routes D115 et D15 nous mènent vers notre destination du jour, non sans avoir franchi Fresnay-sur-Sarthe un très joli village, Assé-le-Boisne et Sougé-le- Ganelon. 12h00 vient de sonner au clocher de l'église de Saint-Léonard des Bois, quand je béquille le 1300 Honda sur le parking de la place du village.

Nous sommes au cœur des Alpes-Mancelles, la légende nous dit que le nom remonte au VIIème siècle. Lorsque deux frères venus de Rome franchirent les Alpes pour rejoindre la Gaule, et décidèrent de stopper leur marche qu'en présence d'un paysage donnant l'illusion de montagnes. Des escarpements, des pentes raides, des éboulis en grés Armoricain et une flore très proche de celle des massifs alpins, nous donnent une impression de déjà vu.

  Ce n'est qu'au XIXème siècle que l'appellation de "Alpes-Mancelles" sera définitive.

Nous commençons la visite des lieux, après la pause du déjeuner. Saint-Léonard est fondé au VIème siècle par l'Hermite Léonard. Ce charmant petit village de 500 habitants, situé au fond de la vallée qui bénéficie d'une forte image touristique, dû notamment à la présence "des Alpes-Mancelles". Il est traversé par un chemin de grande randonnée du nord au sud(GR36) et d'une station verte de vacances aux multiples activités (delta-plane, kayak, trial, escalade, etc.). Saint-Léonard des Bois est enclavé entre deux collines qui se nomment : Le Haut Fourché, avec ses 217 mètres d'altitude pour la première et Le Mont Narbonne qui s'élève à 203 mètres pour le second. Les deux sommets possèdent un belvédère, qui nous offre une superbe vue d'ensemble sur le village et la rivière en contre bas. Les vieilles maisons plus que centenaires qui composent ce village, sont recouvertes de toits d'ardoises que l'on extrayait des ardoisières adjacentes jusqu'au début du XXème siècle. L'église de style roman avec sa belle voûte en bois est édifiée au XIIème, l'entrée principale est supportée par quatre colonnes et l'intérieur nous fait découvrir de magnifiques peintures murales datant également du XIIème siècle.

Nous laissons derrière nous Saint-Léonard des Bois, pour avaler en quelques minutes les 6 km de la D146 qui nous séparent de Saint Céneri le Gérei. Ce très beau village classé est fondé au VIIème siècle, installé sur une butte de granit, dont il domine un méandre de la Sarthe. Sur les bords de la rivière sont nichées quelques   maisons en pierre de couleur ocre, qui étalent leurs toits à forte pente recouverts de tuiles d'argile.

 Une première église est construite sur un piton rocheux à l'écart du village en bois au VIIème siècle sous le nom de Saint Martin du Mont Rocheux. Rapidement l'église prend le nom de son fondateur Saint Céneri. C'est en 1089 que commencent les travaux de l'église actuelle, ils seront terminés en 1125 (classée monument historique depuis 1889). A l'intérieur de l'église nous admirons les merveilleuses peintures murales du XIIème siècle, qui sont étonnamment bien conservées. Une particularité fait que cette église est unique en France, c'est sa charpente en dos d'âne. Nous continuons le petit   sentier qui longe le cimetière de l'église, pour atteindre la chapelle du petit Saint Céneri, établie au XIVème siècle en bordure d'une courbe de la Sarthe et qui abrite toujours la statue du saint.

    Saint Céneri le Gérei est un lieu touristique très agréable à visiter, beaucoup d'artistes peintres sont installés et font revivre le passé artistique du village à travers la journée de rencontre annuelle des peintres.

Il est 19h00, nous quittons ce sympathique petit village pour suivre la D144. Après Saint-Denis nous prenons la petite route étroite qui mène au sommet du Mont des Avaloirs à une altitude de 417 mètres, ce qui en fait le point culminant des Alpes Mancelles.

Le soleil décline, il est temps de chercher un hôtel et un restaurant pour le soir. Nous ne trouvons rien à Pré-en-Pail, nous décidons de continuer notre chemin par la D20 et de rejoindre Villaines-la-Juhel. Parfait, nous avons le bonheur, de découvrir ce que nous cherchions, un resto et un hôtel.

2ème jour

Comme hier, le soleil sera notre compagnon de la journée, il est déjà 9h00, nous parcourons les 23 km de la D113 et D129 qui nous séparent du lieu de la visite de ce matin en moins de 20 mn.

  Un site exceptionnel nous attend à Jublains "La Romaine". Considéré comme le plus grand et le plus beau témoignage de l'époque gallo-romaine, Jublains est une antique cité romaine. La ville s'appelait alors "Noviodunum", et était un grand carrefour de commerce, comme en témoigne encore ses installations. Des thermes avec piscine chauffée et piscine froide attestant de l'importance de la cité, ont été découverts sous l'actuelle église. Un théâtre,   un temple, une forteresse, des monuments, un ensemble complexe de rues et surtout des tracés de routes partant vers Lyon, Tours, Angers, la Manche, ont été retrouvés et mis à jour. Le musée que nous découvrons sur l'antique capitale romaine, dispose de beaucoup d'informations sur Jublains, des poteries, des bijoux, des maquettes et des reconstitutions complètent les informations du site.

14h00, nous enfourchons la brêle pour franchir les 18 km de la D7 jusqu'à Sainte-Suzanne. La ville médiévale fondée au Xème siècle contemple du haut de ses remparts la rivière l'Erve. Sainte-Suzanne est une cité de caractère surnommée "la perle du Maine". Accrochée à son éperon rocheux d'une hauteur de 70 mètres, la ville resta victorieuse après 3 années de siège mené par Guillaume le Conquérant; invaincue pendant plus de trois siècles. La cité devient anglaise de 1425 à 1440. Sa citadelle debout depuis X siècles, impressionne par l'état de conservation de ses remparts. Nous apprenons que le nom de Sainte-Suzanne serait d'origine celtique (ana signifie déesse et suze signifie source). Au nord de la ville médiévale, nous apercevons les monts Coëvrons du haut des murailles.

Dans la ville intra-muros, le château en ruine datant du XIIème avec son donjon roman, ses vieilles maisons aux toits d'ardoises,  son musée, son ancienne boulangerie et son logis renaissance du XVIIème siècle, édifié par Fouquet de la Varenne, ministre d'Henri IV, témoignent d'un riche passé historique.

Cette magnifique balade se termine maintenant, nous remontons en selle et direction la Bretagne, que nous regagnerons en à peine deux heures.

  

3 votes. Moyenne 2.50 sur 5.

Commentaires (2)

1. 12Bandit samedi, 04 Avril 2009

un reportage digne des Alpes Mancelles, c'est une trés jolie balade à faire entre copains, bonne route à vous deux

2. Momo du Mans samedi, 04 Avril 2009

salut, je suis content de voir que des motards, soient passionnés de nature et de belles balades dans notre beau département, en effet il n'y a pas que les rillettes et les 24h auto et moto

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site