Utah

L'Ouest des USA

          5600 km, A TRAVERS L'OUEST  AMERICAIN

  Plus de photos avec : http://picasaweb.google.fr/motovoyage35/LOuestDesUSA2008#

L'Ouest Américain ou Far-West compte 13 états, nous nous contenterons dans traverser 4 (Arizona, Utah, Nevada et Californie du 8 au 24 mars 2008) ce voyage a été effectué en voiture et non en moto, pour la simple raison qu’il faut compter 1800 € de location pour une moto, contre 325 € pour une voiture. Nous reviendrons et peut-être que nous le ferons en moto.

1er jour 8mars08

Nous arrivons à Phoenix (Arizona) vers 20h00, il fait déjà nuit, le temps de remplir les formalités et, de récupérer la voiture de location (pas trop de problèmes avec la boîte automatique), il est 22h00. Ensuite deux heures de galère pour retrouver l'hôtel qui est à seulement 15 miles de l’aéroport.  Mais quand vous débarquez dans une grande ville américaine, pour la première fois ce n’est pas si facile que ça, il faut commencer par déchiffrer les panneaux autoroutiers.

2ième jours9mars08

Il est 10h du mat, nous voila partis pour l’aventure de l’ouest américain, nous quittons Phoenix par la route 60 nord-est, direction la réserve Apache. Nous y rencontrons des gens un peu méfiants au premier abord, puis les langues se délient, nous échangeons quelques mots avec eux. Nous nous rendons compte que l’alcoolisme et la misère font partis de leur vie quotidienne. Nous sommes un peu gênés, achetons quelques courses dans un petit market de la réserve, pour déjeuner le midi et, reprenons la route. Nous ne voyons pas de terre de culture, mais que des montagnes, des canyons, des cactus et des zones désertiques, il n’y a rien à faire pour le peuple Apache, je comprends mieux l’ennui et le désarroi de cette population. Quelques kilomètres plus loin après avoir quitté Fort Apache, nous sommes surpris de voir de la neige dans la forêt de pins, qui nous entoure, ainsi que sur les bas côtés de la route, nous sommes pourtant au sud des Etats-Unis. C’est vrai que ce n’est que mi-mars. Nous sortons de la réserve Apache en direction de Show-Low, canyon, cactus et désert se succède tout le long de la journée. Nous rattrapons la route 61 plein- nord, puis la route 180 nord, pour nous diriger vers le « Parc National  forêt pétrifiée » au nord-est de l’Arizona.

Les milliers de troncs fossilisés de la forêt pétrifiée datent du trias (environ 225 millions d’années). La région était alors occupée par le delta d’un fleuve, sur les rives poussaient des arbres géants. Ils furent enfouis sous des dépôts sédimentaires riches en silice.

La silice remplaça lentement la matière végétale et fossilisa les troncs. Progressivement, la région s’enfonça et fut ensevelie sous des strates sédimentaires. Son soulèvement récent, conjugué à l’érosion permit la mise à jour des troncs fossilisés. On y trouve également des pétroglyphes amérindiens et des fossiles d’animaux préhistoriques. Nous voila déjà chez les Navajos, il est tard nous décidons de nous arrêter dans un motel en plein cœur de la réserve, dans la petite ville de Chinle au pied du Canyon de Chelly.

3ième jours 10mars08

8h30, nous commençons la journée par la visite du « Canyon de Chelly ». Le mot Chelly est une déformation anglaise du mot Navajo « Tseqi », qui signifie canyon rocheux ; C’est une superbe faille  taillée en  Y, creusé par deux rivières : Tsaille Creek et Whiskey Creek, dans une plaine quasi désertique. D’une grande beauté de couleur rouge sombre, de la dimension approximative des gorges de l’Ardèche. On devine bien comment les lits des rivières se sont creusés dans la roche de grés, pour atteindre plusieurs centaines de mètres de profondeur (400 m environ).Dans le fond on distingue des champs de cultures, des hogans, des chevaux, des chèvres, des moutons et des pick-up. En effet celui-ci est habité depuis des milliers d’années, on y trouve les ruines de villages Anasazis, datant de 350 à 1300 ans de notre ère. Les Anasazis sont les premiers habitants de la région, l’originalité de ces villages c’est qu’ils furent construits dans des grottes ou sous des aplombs des falaises de grés.

Le site est sacré pour  les Navajos, c’est vers 1700 ans qu’ils se sont installés dans le fond du canyon en menant des attaques contre les villages pueblos, puis contre les espagnols et enfin contre les américains. Pour mettre un terme à ces attaques, une campagne militaire fût menée par le terrible Kit Carson, qui remporta cette bataille finale en 1864, (mais sans gloire) en affamant les Navajos. 8000 Navajos, femmes, enfants, vieillards et guerriers furent déportés vers le Nouveau-Mexique. Dans l’une des premières réserves, ce fût un échec, les survivants (à peine la moitié) furent autorisés à regagner le canyon.

Après cette belle journée riche en histoire et paysages, nous reprenons la route 191 nord, jusqu’à Bluff (Utah) pour y passer la nuit.

4ième jours 11mars08

Ce matin il fait froid, il a gelé cette nuit, mais le soleil veille et nous sentons déjà la chaleur tiède de ses rayons nous envahir. Nous prenons la direction de l’ouest par la route 163, pour rejoindre « La Vallée des Dieux ». Après avoir parcouru une douzaine de miles, entre Bluff et Mexican Hat, nous prenons la piste sur notre droite, pour découvrir des paysages superbes, des formations géologiques  extraordinaires de couleur rouge. La piste est praticable en moto comme en voiture, elle enchaîne la tôle ondulée, petites montagnes russes, quelques fois des passages de  torrents asséchés. Compter environ 2h30 pour parcourir les 17 miles de piste, avec les arrêts photos, cette vallée est peu fréquentée par les touristes, c’est dommage car ça vaut le détour.

Nous sortons de la piste, puis nous prenons la 261sud, pour rejoindre Mexican Hat et, de nouveau la 163 ouest, pendant une vingtaine de miles et nous arrivons dans un décor de western, le plus connu dans l’histoire du cinéma. 

« MONUMENT VALLEY »  (à cheval sur l’Arizona et l’Utah)

Un rêve de gosse se réalise, les images de cow-boys et d’indiens défilent dans ma tête, les plus grands westerns de John Ford avec John Wayne ont été tournés dans ce décor extraordinaire. Monument Valley situé à l’intérieur de la réserve des Navajos, nous offre un paysage extraordinaire de beauté, d’une dimension colossale, que le regard ne suffit pas à embrasser d’un seul coup d’œil, cette immensité désertique. Pitons, butt et mesa de roche, d’origine volcanique,  atteignent parfois 400 m de hauteur, changent de couleur du lever au coucher du soleil, passant du rouge pâle au violet. Ce tableau gigantesque a vu le jour  il ya environ 160 millions d’années et, continue de se modifier. La piste est caillouteuse, poussiéreuse, voir avec quelques ornières, mais reste praticable en voiture et moto, longue d’une vingtaine de miles, environ 3 à 4h00 de visite.

 La vallée est peuplée d’indiens Navajos, qui vivent de l’agriculture, de l’élevage de moutons et de chevaux, ainsi que de l’artisanat vendus aux touristes (poteries, bijoux, couvertures etc.).Certains habitent, encore à la manière de leurs ancêtres, dans des huttes traditionnelles, « hogans » fabriquées avec des rondins de bois, des brindilles et recouvertes d’argile, ils effectuent encore le travail quotidien selon les rîtes ancestraux. Le soleil décline, il reste environ 160 miles avant de rejoindre Page, notre ville étape, il fait  nuit quand nous arrivons et mais nous trouvons facilement un motel.

5ième jours 12mars08

Page fondée en 1957 pour la construction du barrage sur le Glen Canyon où coule le fleuve Colorado, Page est située à 6 miles du « lac  Powell », sur un plateau désertique de 1310 m d’altitude « Manson Mesa », qui domine la rive sud du Colorado qui forme l’immense lac artificiel « Powell ». Nom qu’on lui a donné en mémoire de l’explorateur John Wesley Powell (1834-1902), qui descendit une grande partie du fleuve, avec quatre embarcations et neuf hommes, en mai 1869. La journée commence par la visite du barrage, suivi d’une petite balade le long de la rive ouest du lac Powell, qui nous offre un magnifique paysage de couleurs variées. Nous suivons maintenant la route 89 nord, passons Kanab, Mount Carmel Junction, Glendale et filons vers le « Parc National Bryce Canyon », encore enneigé à cette époque de l’année.

 

 Le parc est connu depuis l’époque des trappeurs (vers les années 1830), d’une beauté extraordinaire de part ses roches en forme de cathédrales déchiquetées, Bryce Canyon est creusé dans des falaises roses, qui changent de couleur au gré des heures. Sculpté par l’érosion, le gel et la pluie depuis des millénaires, ce qui donne ces étranges et magnifiques colonnes de pierres, qu’on appel Hoodoos, d’ailleurs beaucoup de sites portent des noms laissés par les Indiens Paiute : Paria (eau boueuse), yovimpa (les pins), Paunsaugunt (la maison du castor). Nous revenons sur nos pas vers Mt Carmel, rejoignons la petite route N° 9,

pour atteindre le « Parc National de Zion ». En fait c’est plutôt un étroit canyon, comme taillé d’un coup de sabre, d’environ 8 miles de long, creusé par la rivière Virgin depuis 135 millions d’années et d’une profondeur de 600 m, composé de couches sédimentaires, allant du blanc cassé au brun foncé. Au fond du canyon, nous avons rencontrés des mule deers (daims). Il est déjà tard, nous resterons donc à Springdale pour la nuit.

6ième jours 13mars08

Nous partons vers 8h00, pour être en milieu d’après-midi à Las-Vegas, mais pour l’instant nous prenons l’Interstate highway 15 plein sud, pendant une centaine de miles. Nous entrons dans l’état du Nevada,  l’interstate serpente en de grandes courbes sur une quinzaine de miles, en passant dans un canyon où coule la rivière Virgin. Puis nous sortons au niveau de glendale, suivons la route  (169), nous traversons Logandale et Overton, non loin du Lac Mead, puis nous empruntons une petite route sinueuse, qui traverse le parc d’état «Parc d’état La Vallée de Feu », de magnifiques paysages d’origine volcanique s’offrent à nos yeux, les roches d’un rouge vif, qui composent cette toile de maître y ont été sculptées et torturées par le temps et l’érosion, environ 2h00 de visite.

Vers 15h00, nous entrons dans Las Vegas, ville plantée en plein désert, écrasée de chaleur et de soleil, environ 30° au mois de mars ; Elle nous accueille, par le freeway à deux fois 8 voies, où je suis un peu perdu parmi tous ces gros pick-up, camions à trois, voir quatre remorques, qui vous passent à gauche et à droite ; C’est  impressionnant au début, mais on s’habitue vite à la circulation.

Las Vegas, fondée en 1905 à la construction du chemin de fer, située sur une piste d’un ancien campement de pionniers, qui suivait la piste espagnole reliant Santa-Fe à la Californie. Une ville d’argent, de débauche, de spectacles féériques et musicaux parmi les plus étonnants du monde. Nous trouvons un motel avant 16h00, après les prix grimpent en fonction du remplissage des chambres, nous évitons le week-end, car beaucoup trop cher. Nous ne sommes pas trop loin du Strip (Las Vegas Boulevard), nous voila partis pour une balade, nous repérons les plus grands hôtels casinos, puis nous rentrons au motel pour diner. Il fait nuit, nous sommes éblouis par les illuminations de toutes sortes, nous visitons quelques casinos : Le Paris qui représentent plusieurs quartiers de Paris, (la Tour Effel, l’arc de Triomphe, l’Avenue des champs Elysées, la gare d’Orsay, l’Opéra Garnier, les boutiques de la rue de la Paix, etc.…) le Bellagio avec son merveilleux spectacle son et lumières et jets d’eau, sur un lac de 3,5 ha. Le M.G.M, avec en façade son lion géant doré de la Métro Goldwyn Mayer, qui reçoit régulièrement les plus grandes stars du 7ième Art. Nous visitons encore deux ou trois casinos, puis rentrons au motel pour finir la nuit.  Pour notre part, nous avons appréciés la ville de lumière, les casinos géants, sa vie tumultueuse et de folie la nuit.

7ième jours 14mars08  

Nous quittons Las Vegas par la 160 ouest jusqu'à Pahrump, nous rattrapons la route 178 pour rejoindre Shoshone en Californie. Shoshone (nom d’une tribu indienne) est située à l’entrée sud de la Vallée de la Mort  «Park National Death Valley » . On y trouve, une pompe à essence, une épicerie avec un distributeur de billets, un petit musée dans l’ancienne station service et à l’extérieur une vieille voiture des années trente, qui vaut bien une belle photo.

Nous entrons dans la mythique Vallée de la mort, 70 miles de désert avant d’atteindre Furnace Creek, ancienne mer de 200 millions d’années, coincée entre la Sierra Nevada et les Shoshones Mountains ; La Death Valley s’enfonce sous le niveau de la mer pour atteindre son point le plus bas à Bad Water (– 86 m), la température la plus chaude y a été enregistrée en juillet 1913 avec 57°C, et le record de froid la même année avec moins 9°C.

Ce désert que l’on suit par une route étroite et sinueuse, serpente à travers des paysages lunaires et très variés: des étendues salées d’une blancheur incroyable, des montagnes à l’ouest, des dunes au nord, des villages fantômes, et des mines abandonnées (d’or, d’argent et de borax). A  Furnace Creek, nous visitons un petit musée gratuit, situé dans la plus vieille maison en bois (1883) de toute la Death Valley, à l’intérieur, on y découvre tout un tas de choses, sur la vie des pionniers, des mineurs, une foule d’objets divers de l’époque de l’ouest. A l’extérieur une exposition est consacrée à l’exploitation  minière (or, argent et borax), on y trouve des wagonnets, des chariots, des calèches, une diligence et même une authentique locomotive du XIXème siècle. La première mine de borax, fut découverte par un français du nom d’Isidore Daunet en 1875. Après Furnace Creek nous rejoignons la route 190, peu avant Stovepipe Wells Village,  à notre droite, à quelques encablures, apparaissent les dunes de sable blanc, d’une dizaines de mètres de hauteur. Nous quittons la Death Valley par la route 190 ouest, et de chaque côté sur une étendue infinie, des arbres de Josué, sorte de palmiers-cactus qui prolifèrent dans toute la région. C’est vers 19h00 que nous rejoignons, Lone Pine au pied du Mont Whitney (4417m) une petite ville de l’ouest très particulière. En effet, c’est dans la région que furent tournés les grands westerns du cinéma hollywoodien. Nous prenons une chambre par hasard dans un vieux motel en bois des années 30, et apprenons par le patron, que le motel fût construit spécialement pour les acteurs et actrices de l’époque. John Wayne, Gary Cooper, Errol Flynn, Cary Grant, Anthony Quinn, Spencer Tracy, Rita Hayworth, Clint Eastwood et pleins d’autres ont séjournés dans ce motel mythique.

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×